Union des Retraités de l'Etat de Vaud

Adhérez à l’UREV

L'UREV a été fondée en 1943. A ce jour, elle représente près de 5'000 membres dont les buts sont:

- défendre les intérêts de ses membres, le maintien des acquis, l'obtention d'une indexation ou d'une prime ponctuelle

- l'UREV est directement impliquée dans les négociations avec la Caisse de pensions

L'UREV vous offre :

  • - quatre fois par an un « Bulletin d'information » par voie postale ou électronique
  • - la possibilité de vous retrouver lors des deux courses annuelles, de printemps et d'automne
  • - depuis 2019, l’UREV propose des avantages à ses membres, sous la forme de réductions sur des prestations ciblées, qui correspondent idéalement aux besoins spécifiques des retraités
  • - une aide financière en cas de nécessité, grâce à son fonds de prévoyance géré par le comité.

N'hésitez plus, inscrivez-vous sur ce site internet ou prenez contact par mail :

info@urev.ch ou m.mosbahi.urev@hispeed.ch

ou par écrit :

UREV, Union des Retraités de l'Etat de Vaud, Case postale 7645, 1002 Lausanne, ou

Monika Mosbahi, Chemin de la Reine 7, 1029 Villars-Ste-Croix

Vous pouvez devenir membre de l'association.

Statuts de l'UREV

 

Un nouveau jour, une nouvelle arnaque

La police lance une mise en garde contre les criminels qui profitent de l'incertitude actuelle pour arnaquer la population. Les malfrats sévissent depuis le début de la crise sur internet. Les nombreuses questions que se posent les Suisses représentent un terreau fertile pour les criminels qui n'hésitent pas à tenter d'arnaquer la population sous différentes formes. 

Par exemple, de faux e-mails au nom de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) circulent. En ouvrant le fichier joint ou en récupérant le lien, un logiciel malveillant s'installe sur son ordinateur sans être remarqué. C'est ce qu'on appelle du Phishing.
Les arnaques au téléphone sont aussi courantes. Les malfrats se prétendent médecins ou membres de diverses autorités. Lors de la conversation, ils tentent de persuader les gens de fournir de l'argent pour le traitement d'un parent ou d'une connaissance. D'autres s'intéressent aux éventuels contacts avec des personnes infectées et posent des questions liées aux données bancaires et de paiement. Soyez vigilants
Autant d'arnaques possibles qui amènent la police à émettre plusieurs recommandations.
• Ignorez et supprimez les e-mails suspects dont le contenu est supposé être lié au Coronavirus. N'ouvrez pas les pièces jointes et ne cliquez pas sur les liens.
• Soyez méfiant lors d’appel téléphonique et n'acceptez pas les demandes d'argent. Après un tel appel, renseignez-vous auprès votre famille ou d’une personne de confiance.
• Avant de commander en ligne, renseignez-vous sur le fournisseur. Si, par exemple les détails des conditions de paiement manquent, cela indique fortement des offres douteuses ou frauduleuses.
• Connectez-vous également sur les sites officiels des boutiques en ligne car bien souvent ceux-ci ont déjà publié des avertissements.

 

Report des JO Tokio 2020

Cette fois, c’est officiel, les Jeux Olympiques 2020 à Tokyo sont reportés en 2021. Quelques grands athlètes suisses, entre soulagement et frustration, ont livré leur sentiment.

Robin Froidevaux (21 ans cyclisme). Cela me laisse une année supplémentaire pour progresser. Ça change mes plans et je vais tenter de performer sur route cette année.
Zoé Claessens (19 ans, BMX). Je suis encore jeune dans mon sport et je vais m’améliorer par rapport aux filles plus âgées. Mais la question que je me pose est de savoir si je continue le gymnase ou pas l’an prochain car j’avais pris une année pour me concentrer sur les JO.
Sébastien Reichenbach (30 ans, cyclisme). Ce report rend la saison encore plus floue. D’un point de vue personnel, cette situation rend l'avenir même du cyclisme encore un peu plus incertain. Je vous rappelle que le Tour de France est programmé avant les Jeux.
Renaud Blanc (29 ans, BMX). De toute manière, je pensais aller jusqu’en 2024 pour les JO de Paris. Je vais reprendre l’entraînement en faisant des exercices basiques, comme de la musculation. Je suis quelqu’un de très casanier. J’arrive donc à me faire à la situation.
Grégoire Siegwart et Killian Wagen (22 ans, voile). Frustrés, mais la bonne nouvelle c’est que les Jeux auront lieu. A nous de profiter de cette année de préparation supplémentaire pour nous maintenir au maximum en forme physique et mentale.
Lea Sprunger (30 ans, athlétisme). En 2021, les JO seront probablement le dernier défi de ma carrière. J’avais pris la décision que la saison 2021 serait la dernière de ma carrière et que je la terminerai avec les championnats du monde.
Steve Guerdat (37 ans, hippisme). On doit se faire petits, écouter et respecter. D’un point de vue strictement sportif, ce report ne m’arrange pas du tout. Mais, comme toute le monde, je dois accepter cette décision qui dépasse le cadre du sport, et m’adapter.
Sarah Atcho (24 ans, athlétisme). C'est une aubaine pour moi, étant donné que j’ai été opérée du ménisque en janvier. Je peux ralentir la cadence et prendre le temps de me retaper complètement avant de me plonger dans ces Jeux. 
Jérémy Desplanches (25 ans, natation). C'est dur à encaisser, j’ai mis quatre ans de ma vie là-dedans. Tellement de sacrifices, des centaines d’entraînements, des milliers de kilomètres. Douze mois en plus, ça change beaucoup de choses. A moi de prendre cette année de préparation en plus comme une opportunité de devenir encore meilleur.
Mujinga Kambundji (27 ans, athlétisme). Les Européens deviennent l'objectif No 1 de la saison. Mais il devrait aussi y avoir d’autres grandes compétitions. Avec ou sans JO, il était clair que j’allais continuer à m’entraîner, à essayer de me préparer pour ces rendez-vous.
Nicola Spirig (38 ans, triathlon). Au cours des derniers mois, j'ai travaillé quotidiennement pour atteindre mon objectif de participer à mes cinquièmes Jeux olympiques d’été. En ce qui concerne mon avenir sportif, la décision a évidemment un impact. Je prendrai mon temps et discuterai des options avec ma famille avant de rendre une décision.
Tadesse Abraham (37 ans, athlétisme). Les Jeux à 38 ans, ça ne me fait pas peur. Si je gagne le marathon à Tokyo, je pourrai alors prendre ma retraite. Je suis privilégié, j’ai ma sélection en poche sur 10 000 m et je peux courir tous les jours presque librement. Si mon baptême olympique est reporté en 2021, ça me va. Je suis jeune, j’ai encore le temps de patienter.

 

Le guet de la cathédrale de Lausanne.

Le guet de la cathédrale de Lausanne va sonner chaque soir l'alerte pour appeler la population à l'entraide face au Covid-19. Il le fera selon les règles établies au Moyen-Age.

Cette alarme symbolique sera donnée juste après la ronde de 22h du guet, explique la Ville de Lausanne. La mesure entre en vigueur immédiatement et pour une durée indéterminée.
Le guet donnera l'alerte auprès de la Clémence, la cloche d'alarme située au premier niveau de la cathédrale. Pendant trois minutes, il sonnera selon ce rythme : trois coups, une pause, six coups, une pause, trois coups, une pause, et ainsi de suite.
Cette formule était en usage à Lausanne depuis 1405. Le guet sonnait l'alarme aussi longtemps que le sinistre n'était pas maîtrisé.
Avec l'apparition du Covid-19, le guet se voit ainsi revenu à sa raison d'être primitive : celle d'annoncer l'incendie et les consignes pour l'éteindre.

 

Le Vortex est occupé

Hébergement gratuit à disposition des soignants.

Le site qui a accueilli les athlètes des jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) permettra au personnel médical d’éviter de devoir parcourir de longues distances pour rentrer chez eux après le travail.

Les Autorités vaudoises ont annoncé le 23 mars 2020 que le Vortex était opérationnel pour accueillir 450 personnes engagées dans la lutte contre le coronavirus. Selon le chef de l’Etat-major de conduite, ce dispositif vise à éviter au personnel médical, et à d’autres corps réquisitionnés, de parcourir de longues distances entre domicile et lieu de travail.

Par ailleurs, pour éviter l’engorgement des hôpitaux, le médecin cantonal souhaite la mise en place de trois à quatre centres ambulatoires par région. Il compte sur des renforts de médecins, d’infirmiers et des troupes sanitaires de l’armée.

 

Je rédige mon testament

Le testateur doit avoir 18 ans révolus, être capable de discernement et ne pas agir sous la menace ou la crainte d’un tiers. Le document respectera impérativement une des trois formes suivantes.

Pour un testament olographe (manuscrit), il faut l’écrire à la main dans sa totalité, mentionner la date, le lieu et le signer. On peut se servir d’un stylo, d’une plume ou d’un crayon et utiliser n’importe quel papier. Les ratures et fautes d’orthographe sont acceptées, mais le contenu doit être clair et lisible. Chaque époux fera le sien séparément car un testament collectif est nul.
Le testament public est rédigé par un notaire, ce qui est judicieux lors de situation complexe. La présence de deux témoins est indispensable. 
Exceptionnellement, pour le testament oral, une personne en danger de mort imminente peut exprimer ses dernières volontés par oral à deux témoins neutres. 
Lors d’absence de dispositions testamentaires, la loi détermine les héritiers et leurs parts de manière stricte. Le testament permet de modifier la succession légale, en avantageant par exemple les êtres les plus chers, avec possibilité d’inclure le concubin parmi les héritiers. En effet, lorsqu’un défunt n’a pas rédigé de testament, sa succession est liquidée selon les règles du Code civil et le concubin ne reçoit rien. Mais certains membres de la famille ont droit à une part inaliénable de l’héritage, nommée la réserve, ce sont le conjoint du disparu, ses enfants et leur descendance ainsi que son père et sa mère s’il n’y a pas de descendants.
Le droit des successions est complexe mais les enjeux sont essentiels car, selon la configuration familiale, les réserves et la quotité disponible changent considérablement. Il faut bien noter que c’est la succession qui est ainsi répartie. Pour les personnes célibataires, divorcées ou veuves, elle correspond à l’ensemble des biens. Lorsque le défunt était marié, il faut d’abord procéder à la liquidation du régime matrimonial.
Il est vivement conseillé de faire connaître l’existence du document à son entourage et de préciser le lieu du dépôt. Pour décharger les héritiers des tâches administratives, éviter les conflits et assurer la bonne exécution de ses dernières volontés, il est possible de désigner une personne de confiance comme exécuteur testamentaire.
Pour rédiger ses dernières volontés, il y a des limites claires à respecter. En cas de doute, le recours à un notaire peut être nécessaire.

 

Des lunettes pour mieux écouter

Créées par une start-up française, les Sonic Frames sont des lunettes intelligentes permettant de passer des appels téléphoniques en mode mains libres, de lire des SMS ou d’effectuer des recherches via l’assistant vocal de notre smartphone. Les branches abritent le meilleur de l’Intelligence Artificielle (IA), de l’électronique et de la biotechnologie.

La technologie se base sur la conduction osseuse qui permet d’entendre sans obstruer les oreilles. Le son est ainsi transféré vers l’oreille interne sans passer par le tympan. L’avantage de ce système dit « d’innovation de rupture » n’obstrue pas les oreilles et permet ainsi de continuer à entendre tout ce qui se passe autour de nous. Cependant, il ne peut pas être entendu par l’entourage.

Mais plus encore, ces lunettes hors du commun sont de véritables produits d’optique. Elles sont ainsi compatibles avec des verres traditionnels, qu’ils soient correcteurs ou solaires.

Lien: Lunettes intelligentes

 

Des recettes pour vieillir en bonne santé

«La vieillesse est un naufrage». Cette citation reprise par de nombreuses personnalités continue de marquer la vision de la vieillesse. La société les considère encore trop souvent comme des poids morts, des personnes largement atteintes dans leur santé physique et psychique. Lors d’un congrès, des professionnels ont battu en brèche ces clichés et donné des conseils pour prolonger sa vie. Pour ces professeurs, la majorité des seniors se porte bien. Des exemples ? Après 80 ans, seuls 15% vivent en EMS, 8% sont dans l’incapacité de se déplacer et moins de 6% se révèlent incapables de prendre une douche ou un bain.

Les seniors ne sont donc pas des petites choses fragiles qu’il faut surprotéger ni des analphabètes d’Internet. 75% des 60 à 69 ans surfent sur le Net plusieurs fois par semaine. Quelles sont les recettes qui permettent de vieillir en bonne santé ? 
L’hygiène de vie est un facteur clé. Biberonner des boissons sucrées à longueur de journée, c’est un cauchemar pour la santé et une bénédiction pour le diabète. On fera donc attention à avoir une nourriture diversifiée et à ne pas manger trop gras. Il faut aussi bouger régulièrement pour entretenir la machine. Il n’y a pas d’âge pour entretenir son physique et cela permet aussi d’éviter les chutes, encore trop nombreuses. Un tiers des octogénaires et plus perdent l’équilibre, ce qui peut avoir des conséquences fatales.
Ne pas rester seul dans son coin après la retraite. Plus le temps avance, plus le réseau de contemporains va se rabougrir. Au lieu de déprimer et regretter le bon vieux temps, il faut tisser des liens avec de nouvelles personnes, entreprendre des activités (politiques, sociales ou ludiques) qui tiennent à cœur.
Les seniors sont parfois traités comme des enfants, même par des personnes bien intentionnées. Pas bon du tout pour l’estime de soi. Alors il ne faut pas laisser les autres décider pour nous. Reste à identifier les besoins ou ce qui déplaît, et surtout communiquer.

 

Faire du sport au froid

Il est difficile de rester motivé pour faire du sport lorsque surviennent le froid et la bise. Cependant, que l’on choisisse une journée de skis, de raquettes, de skis de fond à la montagne ou un peu de course à pied, l’exercice par temps froid apporte certains bénéfices. En plus d’activer le système cardio-vasculaire, de brûler des calories et de favoriser la perte de poids, l’exercice pendant cette période améliore radicalement la santé, en général. Un exercice régulier pendant les temps froids diminue l’incidence des infections bénignes comme le rhume, redonne un regain d’énergie et diminue le risque de dépression.

Avant de se lancer corps et âme dans une activité hivernale, quelques précautions sont à prendre.

Jeter un coup d’œil à la météo car la température, le vent et l’humidité peuvent devenir notre pire ennemi.

Pour les vêtements, il faut s’habiller par couches, soit des sous-vêtements isothermiques, une couche d’habits adaptés à l’activité prévue et enfin une protection contre le vent ou la pluie.

Il faut porter un bonnet, des gants puis utiliser une crème solaire et des lunettes à la montagne.

Il faut boire avant, pendant et après l’effort car la boisson est aussi importante qu’à la saison chaude. Le froid, la transpiration et même la respiration favorise la déshydratation.

L’exposition au froid augmente l’utilisation des hydrates de carbone par les muscles. Une complémentation peut s’avérer nécessaire.

Néanmoins, il ne faut pas dépasser ses limites et faire attention aux signaux d’alerte qui invitent à ralentir voire à s’arrêter immédiatement.

Alors, une activité physique par temps froid, pourquoi pas ?

 

Vous prenez votre retraite

N’oubliez pas votre assurance-accidents.

Jusqu’à la retraite, les travailleurs sont obligatoirement assurés contre les accidents par leur employeur (assurance-accidents LAA).

Au terme de la vie professionnelle, il est important de ne pas oublier d’inclure le risque accidents dans l’assurance-maladie. Ainsi, la couverture d’assurance est garantie et l’assurance-maladie obligatoire (LAMal) couvre les frais médicaux en cas d’accident.

Par ailleurs, toute personne qui n’exerce pas d’activité lucrative, à savoir les femmes et hommes au foyer, les enfants et les étudiant-e-s, doivent également être couverts par l’assurance-maladie en cas d’accident.

 

La précarité en Suisse

La précarité ne diminue pas en Suisse, malgré un niveau de vie parmi les plus élevés d'Europe.

Une personne sur huit (12%) déclare avoir de la peine à joindre les deux bouts. Près de 6% de la population était en situation de privation matérielle et, faute de moyens financiers suffisants, confrontée à des conditions de vie particulièrement difficiles.

En 2018, 660'000 personnes étaient en situation de pauvreté, soit un taux de 7,9% de la population. Ce pourcentage reste toutefois l'un des plus bas d'Europe. La moyenne dans l'Union européenne se situe à 13,2%.

Les familles monoparentales sont les plus touchées avec un taux de près de 20%. Les personnes ne disposant pas de ressources matérielles sont beaucoup plus souvent que les autres insatisfaites de leur vie actuelle. Elles participent plus de deux fois moins à des activités associatives, ce qui peut les isoler.

Malgré le nombre de personnes en situation de précarité et la cherté, le niveau de vie en Suisse reste parmi les plus élevés d'Europe. Il y est 2,9 fois plus élevé qu'en Grèce, 1,6 fois plus élevé qu'en Italie, 1,3 fois plus élevé qu'en France et 1,2 fois plus élevé qu'en Allemagne et en Autriche.

Pour faire des comparaisons entre la Suisse et les autres pays, on considère le taux de risque de pauvreté. En 2018, celui-ci était de 14,6% en Suisse, inférieur à la moyenne de l'Union européenne (17,1%). Dans les pays voisins, les taux étaient de 13,4% en France, 14,3% en Autriche, 16,0% en Allemagne et 20,3% en Italie.

Le seuil de risque de pauvreté dépend du niveau de vie de chaque pays. En Suisse, il était d'environ 2500 francs par mois pour une personne seule en 2018. Après correction du pouvoir d'achat, il y était environ 15% (Autriche) à 60% (Italie) plus élevé que dans les pays voisins.

L'évolution de ces dernières années montre que la pauvreté ne disparaît pas simplement malgré la bonne situation économique, a réagi Caritas. Sur les 660'000 personnes en situation de pauvreté, 144'000 sont des enfants.

"Nous avons un véritable problème de pauvreté structurelle" dit Caritas, qui demande à la Confédération, aux cantons et aux communes de mettre enfin en place une lutte contre la pauvreté, cohérente et efficace.

 

Stopper la cigarette

Selon une étude de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), stopper la cigarette avant une intervention chirurgicale a des effets positifs sur la santé du patient.

Malgré un consensus général sur le fait qu'arrêter de fumer avant une opération peut avoir un impact positif sur la santé du patient, il y a eu jusqu'à présent une certaine controverse sur le bon moment pour arrêter la cigarette.
Selon l'agence de l'ONU, de nouvelles preuves révèlent que les fumeurs qui arrêtent de fumer environ quatre semaines, ou plus, avant une opération chirurgicale ont un risque de complications plus faible. Six mois après leur opération, ces personnes récupèrent mieux que celles qui n'avaient pas arrêté de fumer.
Après une opération, le corps humain met tout en oeuvre pour cicatriser et combattre les infections éventuelles, un processus qui augmente les besoins en oxygène et en nutriments. Or la nicotine et le monoxyde de carbone, qui subsistent dans les cigarettes, peuvent diminuer les niveaux d'oxygène présents dans le corps, augmentant les risques de complications post-opératoires.
L'étude conjointe de l'OMS, de l'Université de Newcastle (Australie) et de la Fédération mondiale des sociétés des anesthésistes (FMSA) montre qu'à compter de quatre semaines de sevrage tabagique, chaque semaine supplémentaire sans tabac améliore de 19% l'état de santé du patient, grâce à une meilleure circulation sanguine. Les patients qui cessent de fumer sont aussi moins susceptibles de subir des complications liées à l'anesthésie.
Le rapport démontre qu'il y a des avantages à reporter une chirurgie mineure, ou non urgente, pour offrir aux patients la possibilité d'arrêter de fumer, ce qui se traduit par un meilleur résultat pour leur santé, selon le chef de l'Initiative Sans Tabac de l'OMS. 

 

La taxe sur l'électricité va augmenter

Le Grand Conseil vaudois a donné son aval à la proposition du Conseil d'État de faire passer la taxe sur l’électricité de 0,18 ct/kWh à 0,60 ct/kWh. Une progression sera possible jusqu'à 1 ct/kWh en cas de besoin. L'entrée en vigueur est prévue pour 2021.

Ce relèvement du plafond devrait garantir le financement du «programme bâtiment» et l'encouragement aux énergies renouvelables afin d’atteindre les objectifs prévus en matière de neutralité carbone. De plus, l'accélération du réchauffement climatique concerne tout le monde et chacun peut apporter sa pierre à l'édifice.

Cependant, cette taxe antisociale, qui s'applique de la même manière aux riches et aux pauvres et dont l'augmentation proposée par le Conseil d'Etat de plus de 5 fois l’actuelle au maximum, pénalisera encore davantage la classe moyenne et la compétitivité des entreprises du canton.

Le relèvement du plafond à 1ct/kWh induira une augmentation entre 15 francs et 29 francs par an pour un ménage. Les locataires seront notamment doublement touchés.

Le Conseil d'Etat propose aujourd'hui cette action pour répondre à une jeune génération sans espoir qui manifeste dans la rue pour une urgence climatique.

 

Faut-il payer les grands-parents ?

Faut-il payer les grands-parents pour la garde des enfants ?

De nombreux seniors passent plusieurs heures par semaine à s'occuper de leurs petits-enfants. Des grands-mères veulent être dédommagées.

Selon l'Office fédéral de la statistique, 60 % des familles font garder leurs enfants par des tiers en Suisse. Près de la moitié d'entre elles font appel aux grands-parents. Ainsi, les grands-mères et les grands-pères qui s'occupent de leurs petits-enfants représentent une occupation de plus de 20 heures par semaine.

Dans un manifeste, la «Révolution des grands-mères» proteste. Qui s'occupe des enfants quand ni la mère ni le père ne veulent réduire leur temps de travail et que l'enfant ne peut pas aller en crèche tous les jours ? Les grands-parents bien sûr, s'exclame une représentante de ce réseau d'aînées alémaniques. Et qui s'occupe des enfants si les parents doivent s'absenter à la dernière minute ? Les grands-parents encore.

Cette septuagénaire est elle-même grand-mère et s'occupait régulièrement de ses petits-enfants. « Cela me dérange que les gens s'attendent à ce que tous les grands-parents s’occupent de leurs petits-enfants », dit-elle. Elle rappelle que les seniors qui acceptent de jouer les baby-sitters doivent faire des sacrifices ailleurs et ont moins de temps libre.

Du coup, la «Révolution des grands-mères» souhaite que ce baby-sitting, qui représentait 160 millions d'heures, soit plus de 8 milliards de francs en 2016, soit dédommagé. Mais les mamies ne souhaitent pas être rémunérées via un salaire classique. Elles imaginent plutôt une rente plus élevée ou des allégements fiscaux, voire des bons à utiliser si elles ont besoin d'aide à leur tour. Même le remboursement des frais de déplacement serait bienvenu. Il s'agirait ainsi à leurs yeux d'une reconnaissance de leur travail, lequel permet aux parents de travailler davantage et donc de payer plus d'impôts.

 

La poste augmente les frais au guichet

Postfinance relève les frais pour les paiements de bulletins de versement au guichet. Les destinataires des factures, et non ceux qui les règlent, devront payer ce service 30% plus cher à partir de juillet 2020.

Par exemple, un règlement jusqu'à 50 francs coûtera 1,20 franc, contre 0,90 pour le bulletin orange et la nouvelle facture QR, et 2,00 francs au lieu de 1,50 pour les bulletins rouges. Pour un montant jusqu'à 10'000 francs, il faudra s'acquitter respectivement de 3,95 francs contre 2,95 et 4,75 francs contre 3,55.
Pour la personne qui paie la facture, le règlement restera gratuit, a assuré un porte-parole de Postfinance. Seul l'émetteur de la facture devra payer davantage. Selon Postfinance, cette activité est fortement déficitaire. Le nombre de paiements au guichet a considérablement diminué, en raison du transfert des opérations vers internet.
En 2007, 210 millions de paiements étaient encore effectués aux guichets de la Poste, contre seulement 137 millions l'an dernier. Cette tendance devrait se poursuivre, selon le représentant de Postfinance. Il a expliqué que l'activité resterait déficitaire malgré les nouveaux tarifs.

 

La cotisation AVS grimpera

Dès le 1er janvier 2020, employés et employeurs devront cotiser plus à l'AVS. La hausse est minime, mais les taux n'avaient plus bougé depuis plus de 40 ans. Le relèvement de la cotisation AVS de 0,3 point au total assurera à l'assurance plus de 2 milliards de francs de recettes supplémentaires par an. Le peuple a souscrit à ce coup de pouce en acceptant la réforme de la fiscalité des entreprises.

Le financement supplémentaire entrera en vigueur en même temps que la réforme fiscale et contribuera à garantir le financement des rentes.

Dans le détail, salariés et employeurs verront la cotisation AVS/AI/APG passer de 10,25% à 10,55%. La cotisation AVS/AI/APG minimale des travailleurs indépendants passera de 5,196% à 5,344% et leur cotisation AVS/AI/APG maximale de 9,65% à 9,95%.

En ce qui concerne les assurés sans activité lucrative, dans l'assurance obligatoire, la cotisation AVS/AI/APG minimale passera de 482 francs à 496 francs et la cotisation maximale de 24'100 francs à 24'800 francs.

Les derniers changements de ponctions en faveur de l'AVS remontent aux années 1970. Les cotisations prélevées sur les salaires pour financer l'AVS sont passées de 4 à 8,4 % entre 1969 et 1975. Quant aux cotisations des indépendants, elles sont passées de 4,6 à 7,8 % entre 1969 et 1979.

 

Gare aux taxes pour les seniors

Lors de la location d’une voiture à l’étranger, pour les conducteurs de plus de 75 ans, une taxe est ajoutée au tarif officiel. Peu connue de la population, contrairement en ce qui concerne les jeunes adultes, une majoration de tarif concernant les seniors est mentionnée dans les conditions générales. Cette majoration peut varier selon l’agence de location, le pays et même l’endroit du retrait du véhicule. Les agences définissent leurs propres réglementations, en relation avec les lois et les pratiques locales.

Ces pratiques peuvent aller jusqu’à exiger au conducteur de fournir une lettre de la part de son médecin attestant qu’il a été en bonne santé durant les douze derniers mois précédant le voyage. De plus, il doit prouver qu’il n’a pas été impliqué dans un accident de la circulation durant les cinq dernières années en fournissant une lettre de son assurance automobile. Il y a aussi des agences qui refusent de louer certains types de véhicules aux seniors, à partir d’un certain âge.

Cette façon de pratiquer n’a rien d’illégal et les sociétés de location ont certainement des chiffres qui indiquent qu’il y a un taux de sinistres plus élevé auprès des seniors. Cependant, consciente que ces derniers ont actuellement une meilleure forme physique et du fait qu’ils restent aptes à la conduite plus longtemps qu’avant, certains loueurs ont supprimé ces frais ainsi que la limite d’âge, mais depuis peu de temps.

Donc, en cas de location de véhicule, il est très important de toujours bien lire toutes les informations, qui s’affichent en direct sur l’écran ou sur la documentation reçue, afin d’éviter toute mauvaise surprise de dernière minute.

Bonne route.

 

Un coeur en bonne santé

Il y a bien sûr des choses sur lesquelles nous n’avons aucune influence : l’âge, le sexe ou les prédispositions familiales par exemple. Pour le reste, il est tout à fait en notre pouvoir de préserver notre cœur et de prévenir ainsi les troubles cardio-vasculaires. Il suffit de s’y mettre.

Bouger un peu plus au jour le jour aura déjà un impact positif sur la santé de notre cœur. L’exercice aide en effet à garder la tension artérielle et le cholestérol hors de la zone rouge et, ainsi, à réduire le risque cardio-vasculaire. La Fondation Suisse de Cardiologie, conseille dès lors de commencer par bouger davantage, en descendant par exemple du bus deux ou trois arrêts avant d’arriver à destination pour faire le reste à pied.  Inutile de viser le marathon mais on peut commencer par de petits changements au quotidien, cela fait déjà beaucoup.

Changer ses habitudes doit procurer du plaisir. Il en va de même pour l’alimentation. Il faut manger équilibré, c’est sûr. Mais le changement ne doit pas être un chemin de croix. Chacun doit trouver ce qui lui convient. Peut-être préférera-t-on renoncer à la quantité recommandée de poisson pour manger davantage de noix et utiliser plus d’huile de colza ou d’olive dans les préparations. Ces aliments contiennent, eux aussi, de précieuses matières grasses.  On ne peut tenir la distance que si l’on trouve une satisfaction dans le changement.

Ne vous formalisez pas si vous ne parvenez pas à tous les appliquer. Cela ne vous vaudra que du stress et ce n’est pas bon pour le cœur.

 

Du calme !

Les amis de la méditation le disent : soyons reconnaissants envers ce corps si complexe et si performant qui nous permet d'être là et soignons-le. Il s'agit de le nourrir convenablement, de dormir en suffisance et de faire de l'exercice. Ces préceptes sont bien connus en théorie.

Mais ne rien faire, ce n'est pas lire un livre ni faire du tennis et encore moins consulter son téléphone ou sa tablette. Ne rien faire rend plus créatif.
Donner de l'attention aux petits plaisirs simples qui donnent de l'énergie et augmentent le bien-être. Pour nous convaincre de l'importance de l'inactivité et de la contemplation souvenons-nous que Albert Einstein réfléchissait aux mystères de l'univers un chat sur les genoux. 
Concrètement : trouvez un lieu où vous pouvez vous installer, vous détacher de la prochaine tâche à accomplir et de tout ce qui vous préoccupe. Regardez dans le vide, existez et respirez car il n'y a pas d'urgence. L'idéal est de vivre sans s'épuiser. 
L'inactivité, c'est pour se faire plaisir. Donc, déguster un carré de chocolat lentement en faisant appel à tous ses sens, c'est devenir riche.

 

Un robot offre plus de temps libre

Lorsque nous avons très peu de temps pour les taches  ménagères quotidiennes, qui peut nous aider ?

Avec toute la poussière, les peluches et les poils d’animaux, un robot aspirateur peut-il remplacer la ménagère ?

Après recherches sur le marché et examen des appareils disponibles, le robot aspirateur et laveur de sol dur le plus efficace a été trouvé. Il s’agit d’un engin capable de prendre 60 décisions par minutes pour calculer son trajet, repasser sur des endroits à fort passage ou évoluer avec la plus grande attention autour des objets fragiles. Simple d’utilisation, il est en outre extrêmement silencieux et peut donc travailler la nuit, même à la chambre à coucher. Après sa tournée d’aspiration, le robot laveur s’occupe de la routine pénible du nettoyage, ensuite il vide tout seul son bac à poussières et rejoint sa base pour recharger ses batteries.

Il peut être commandé avec un smartphone, ce qui permet d’en avoir un second au chalet.

Lien: Robot ménager

 

Boîtier intelligent pour les aînés

Deux étudiants de l'École polytechnique (EPFL) ont fondé une start-up puis développé et mis au point un système à commande vocale qui aide les personnes âgées à communiquer avec leur entourage. Plusieurs réseaux de soins testent ce dispositif actuellement.

Ce petit boîtier rond fonctionne grâce à la reconnaissance vocale et sert de lien entre les personnes âgées et les soignants. Il suffit d’interpeller OUAY à haute et intelligible voix pour qu’il s’exécute, par exemple : « Ouay, je ne me sens pas bien, appelle l’infirmière !».

Muni de seulement trois boutons (plus-moins, téléphone et information), le dispositif est ultrasimple d’utilisation et d’une fiabilité à toute épreuve puisqu’il fonctionne même s’il y a une coupure de courant ou de réseau.

En Suisse, plus de 260'000 personnes reçoivent des soins à domicile. Cet appareil permet de coordonner de façon nouvelle tous les acteurs du réseau de maintien à domicile et de gagner du temps.

Un responsable du réseau de santé et soins à domicile, a fait intervenir un spécialiste de l’hypnose, ce qui a permis à une patiente de s’endormir sereinement grâce à une séance à distance.

 

De plus en plus de chutes chez les seniors

Le bureau de prévention des accidents (BPA) lance une campagne pour éviter que les aînés ne tombent et se blessent gravement, voire meurent.

Les seniors sont particulièrement sujets aux chutes. En moyenne, 94% des accidents mortels consécutifs à une chute leur sont imputables. Le nombre de chutes mortelles a augmenté de plus de 40% ces dix dernières années. Selon le BPA, 1715 personnes sont décédées des suites d'une chute en 2016, contre 1211 en 2007. Cette progression s'explique principalement par l'évolution démographique.

Un entraînement régulier peut réduire les risques de chutes. Le Bureau renforce sa campagne «L'équilibre en marche». Un label de qualité décerné aux cours qui incluent des exercices ciblés de prévention des chutes a été créé.

Lien: L'équilibre en marche

 

Quelques inégalités

Les Suisses les plus riches du monde.

La Suisse occupe toujours la première place mondiale en termes de fortune par habitant.

Une étude sur la fortune mondiale des ménages établie par Crédit Suisse, informe que l'année 2018 a été marquée par une hausse de 2,6% de la richesse au plan mondial pour s'établir à 360 milliards de dollars, soit une fortune moyenne par adulte de 70'850 dollars.

Selon le numéro deux bancaire helvétique, en Suisse, la fortune des ménages a connu une croissance annuelle moyenne de 2% depuis 2000. Avec des avoirs moyens par adulte de 564'650 dollars en 2018, les Helvètes restent les plus riches au monde, selon l'étude. La richesse par ménage en Suisse a encore augmenté de 17'790 dollars en 2018.

Une grande partie de cette évolution est due au renchérissement du franc par rapport au dollar. Les effets de change ne sont pas à négliger. D'autres pays riches, comme l'Australie ou la Norvège, en ont vu les conséquences, dans un sens inverse. La richesse moyenne par ménage exprimée en dollars a diminué de 28'670 dollars pour les Australiens l'an dernier et de 7’520 dollars pour les Norvégiens.

Par ailleurs, en 2018, le monde comptait 46,8 millions de millionnaires, soit 1,1 million de plus qu'un an plus tôt. Les Etats-Unis ont contribué pour plus de la moitié à cette hausse. Ce pays reste un facteur majeur de la croissance de la fortune, avec la Chine et l'Europe.

Crédit Suisse note encore une diminution des inégalités depuis 2000 dans la plupart des pays. Les 90% des moins riches possédaient l'an dernier 18% de la fortune des ménages au plan mondial, contre 11% au tournant du siècle.

 

Les noix, source d’énergie

Jadis, les fruits oléagineux étaient considérés comme trop riche en calorie. Aujourd’hui, nous savons qu’ils sont bons pour la santé.

Dans la pyramide alimentaire, les oléagineux (noix, amandes, noisettes, etc.) se situent juste en-dessous des sucreries, avec les huiles et les graisses. Donc, ils peuvent être consommés chaque jour, mais en petite quantité (une poignée).

Comme ils contiennent beaucoup de lipides végétaux de haute qualité, ils sont donc naturellement très concentrés en énergie. Les oléagineux sont d’abord croquants en bouche avant de libérer leurs fins arômes sur la langue. Les acides gras sont utilisés par le corps pour fabriquer des substances qui améliorent la circulation sanguine et renforcent les vaisseaux.

Chaque variété d’oléagineux contient également son propre mélange de vitamines et minéraux. Ils contiennent par ailleurs des protéines, des fibres alimentaires et des minéraux tels que le calcium et le magnésium, qui sont importants pour les os, les dents et les muscles. Pour les noix qui ont une saveur douce-amère, il est possible de les faire légèrement griller afin d’en libérer tous les aromes.

Malheureusement, beaucoup de personnes sont allergiques aux oléagineux.

 

Peur de l'intelligence artificielle

L'un des thèmes centraux de la science-fiction prend une place prépondérante dans notre quotidien. Il s’agit de l’intelligence artificielle (IA) qui, en terme de confort, voit de nombreuses avancées.

Alors, faut-il avoir peur de l'IA ?

Les machines, qui auparavant se substituaient à l'homme pour exécuter des tâches rébarbatives, sont aujourd'hui dotées d'une forme d'intelligence et se mettent à évincer les humains.

Une main mise au point par une entreprise allemande, reproduit le mécanisme intelligent de la gestion du subconscient, mais de façon artificielle. Cette main peut aussi bien travailler en usine que remplacer un membre absent.

Une autre application est capable de créer des ambiances sonores personnalisées, selon le moment de la journée ou de la météo, en fonction des demandes, soit se relaxer, s'endormir, se concentrer, se motiver. Basé sur les environnements auditifs, cette application promet de recréer une vingtaine d'atmosphères particulières.

Les robots sont partout, notamment à l'usine, mais ils sont aussi à même de remplacer des employés de bureau. Des journalistes norvégiens ont appris de nouvelles compétences à la machine en vue du développement de l'algorithme. Pour l'instant, ils doivent encore superviser son travail, fiable à 99 %, notamment dans le domaine de la météorologie.

Dans le système judiciaire, les tribunaux sont de plus en plus submergés par un nombre croissant de plaintes. Alors, l'Estonie travaille sur la conception d'un "robot juge" capable de remplacer l'homme, donc de rendre des verdicts dans le cadre de litiges mineurs. Cette IA s'appuiera sur des algorithmes construits à partir de la jurisprudence, la mettant en exergue avec des éléments fournis par accusation et défense.

Une autre application permet de scanner le code barre de produits alimentaires ou cosmétiques, afin d'évaluer leur impact sur notre santé. A chaque produit scanné, une étiquette propose une fiche détaillée permettant d'en comprendre l'analyse. Lorsque le produit est considéré comme mauvais, un autre produit meilleur pour la santé est proposé. Ce projet est indépendant afin qu'aucune marque ne puisse influencer les avis.

Alors, la question peut se poser : l'IA représente-t-elle un progrès ou un risque ?

 

Comment la CPEV intègre le développement durable ?

La Caisse de pensions de l'État de Vaud (CPEV) met en place depuis plusieurs années une politique d’investissement responsable qui se décline en quatre axes. Retrouvez un état des lieux de la démarche et des mesures concrètes entreprises, notamment pour diminuer l’impact environnemental de la Caisse sur leur site Internet.

L’investissement responsable est l’application du concept de développement durable aux placements financiers. Consciente de sa responsabilité en tant qu’investisseur institutionnel et de ses obligations légales, la CPEV intègre le développement durable dans son activité et met en place depuis plusieurs années une politique d’investissement responsable. En 2015, elle a renforcé son engagement en adoptant une Charte qu’elle met en œuvre de manière progressive.

Les assurés, pensionnés et employeurs affiliés comptent sur les investissements avisés de la CPEV pour assurer entre autres leur revenu à la retraite. Consciente de cette réalité, la Caisse adopte une politique de placement qui favorise la stabilité et une prise de risque équilibrée. 

Dans une optique d’investissement à long terme, la Caisse prend en considération depuis plusieurs années les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance d’entreprise (critères ESG).

Pour y parvenir, elle applique une politique d’investissement responsable qui se décline en 4 axes. Axes que la Caisse met en œuvre en se faisant accompagner par des spécialistes et en privilégiant la voix du dialogue en partenariat avec d’autres investisseurs institutionnels.

L'intégration de cette approche se fait de manière progressive et les mesures entreprises sont amenées à évoluer.

En tant qu’investisseur responsable, la CPEV s’engage à inclure les critères ESG dans sa politique de placement, dans la mesure où cela est compatible avec la réalisation des rendements nécessaires à l’accomplissement de sa mission : fournir des prestations de retraite pour les assurés et les couvrir contre les risques liés au décès et à l’invalidité.

En 2015, afin de matérialiser son engagement et son approche envers ses bénéficiaires, la Caisse s’est dotée d'une charte qui définit les principes généraux de sa politique d'investissement responsable. Les principes ratifiés dans la Charte sont implémentés au travers de diverses mesures et actions qui peuvent être regroupées en 4 axes.

Lien: CPEV développement durable

 

Le digital est un défi pour tous

Apprendre tout au long de la vie : cet adage sensibilisera la population à la nécessité d’apprendre et de se former sans interruption en cette époque d’innovations fulgurantes. La numérisation n’est pas une menace, il faut au contraire la considérer comme une opportunité. Tout le monde, jeunes ou moins jeunes, peut faire évoluer ses connaissances et suivre le rythme de la révolution numérique. Ce n’est pas une question d’âge mais de curiosité individuelle.

A l’heure actuelle, les personnes qui ont quitté le monde du travail ne peuvent se permettre de manquer de curiosité. A l’instar des actifs, elles doivent sans cesse apprendre puisque tout devient numérique : les guichets de poste, de banque, de grandes surfaces, etc. La dématérialisation s’insinue partout et on ne peut donc plus se passer de la technologie, mais l’âge et l’apprentissage ne sont pas incompatibles. Bien sûr, pour les seniors, la rapidité s’étiole avec l’âge. Ce que l’on appelle l’intelligence fluide (capacité de penser vélocement) décline mais l’intelligence cristallisée (capacité d’utiliser les connaissances utilisées) compense ce phénomène. Cette aptitude de faire le lien entre la nouveauté et les expériences vécues est bien plus développée chez les personnes d’âge mur que chez les jeunes. L’acuité des sens baisse avec l’âge et les petits caractères, les écrans sombres, par exemple, représentent des obstacles.

Le fait que les personnes âgées aient parfois du mal avec les nouveautés technologiques ne doit pas être interprété comme un refus de s’adapter. Il ne faut pas oublier que les seniors ont, à l’origine, vécu dans une société vierge de technologie. Ils s’interrogent d’abord sur les raisons justifiant l’emploi de ces nouveaux outils pour ensuite s’adapter à l’évolution.

 

Difficile d'épargner ?

Il existe des freins comportementaux qui peuvent nous empêcher d’économiser pour notre retraite.

L’évolution démographique et le vieillissement de la population amènent les personnes actives à s’interroger sur le niveau d’épargne nécessaire qu’il leur faudrait planifier afin de s’assurer une « deuxième vie active » convenable.

Nombre d’assurés estiment qu’ils devraient économiser davantage et prévoient de s’y mettre prochainement. Or, le temps passe et ils regrettent de ne pas avoir commencé plus tôt ! Cela est encore plus flagrant lorsque l’assuré a le choix entre plusieurs taux d’épargne dans sa caisse de pension. Car une fois que l’assuré adhère à un des plans de prévoyance de l’entreprise, il en change rarement. Cependant, il serait opportun de vérifier si sa caisse de pension offre cette possibilité.

Sinon, il peut être judicieux d’utiliser la prévoyance individuelle afin d’optimiser son épargne.

Il existe une certaine résistance à investir dans des périodes de forte volatilité des marchés et de méfiance envers les caisses de pension. Néanmoins, les institutions sont très contrôlées par les Autorités de surveillance LPP qui s’assurent qu’elles respectent les dispositions légales et que la fortune est employée conformément à sa destination, notamment la retraite.

L’être humain ferait preuve d’un self-control plus important quand il s’agit d’envisager l’avenir que lorsqu’il s’agit d’appréhender le présent. On préférerait donc se faire plaisir maintenant au lieu d’attendre pour avoir une récompense plus tard, et ainsi repousser le moment d’épargner. La meilleure manière de pallier cet obstacle est d’être plus réaliste et de mieux évaluer les enjeux à long terme !

 

Prévention de la cybercriminalité

La police lance une campagne nationale de prévention sur les risques présents sur Internet.

Les trois thèmes abordés sont :

  • les escroqueries sur les plateformes de petites annonces
  • l’escroquerie sentimentale
  • les mules financières

En 2019, les diffusions de capsules vidéos seront faites sur les réseaux sociaux, au rythme d’une différente chaque trimestre.

Petits conseils :

  • Ne vous fiez jamais à une personne que vous ne connaissez que par Internet.
  • Ne transmettez jamais de mot de passe ou de documents officiels (passeport, permis de conduire).
  • Ne versez jamais d’acompte.

En 2020, les diffusions se poursuivront en abordant de nouvelles escroqueries, alors que d’autres actions de sensibilisation seront entreprises en parallèle (campagne d’affichage, distribution de cartes postales, conférences, etc.)

Lien: Prévention de la cybercriminalité

 

Les couples sans acte de mariage

Dans le droit successoral, le concubinage n'est pas prévu. Alors que les époux et les partenaires enregistrés reçoivent au moins la moitié des biens du conjoint décédé même sans avoir établi de testament ni de pacte successoral, les partenaires en concubinage ne reçoivent rien.

Les couples non mariés doivent effectuer des démarches s'ils veulent transmettre quelque chose. Sinon leur patrimoine pourrait revenir à quelqu'un qu'ils ne souhaitent pas désigner comme bénéficiaire.

Le système de prévoyance est conçu pour les couples mariés. L'assurance vieillesse et survivants traite les couples non mariés comme des personnes individuelles, même si elles  vivent ensemble depuis très longtemps ou lorsqu'elles ont des enfants ensemble. Au décès de l'un des partenaires, celui qui lui survit  ne reçoit pas la rente prévue pour les veufs ou veuves. La situation est légèrement meilleure s'agissant des caisses de  pension pour les couples non mariés, qui peuvent s'enregistrer comme partenaires et rédiger un testament. S'ils ont des enfants, les trois quarts du patrimoine sont réservés aux enfants sous forme de part obligatoire. On ne peut donc pas léguer plus d'un quart de son patrimoine à son partenaire.

 

Prévoyance professionnelle : n’oubliez pas d’informer votre caisse

Les bénéficiaires de rente ont l’obligation de transmettre à leur caisse de pensions certains changements personnels.

Lesquels et pourquoi?

Le ou la bénéficiaire de prestations de retraite, d’invalidité ou de survivant a l’obligation d’annoncer à sa caisse de pensions toute nouveauté dans sa situation personnelle, comme un changement de son état civil ou de domicile, et toute modification en matière de prévoyance, par exemple le début ou le changement de prestations touchées d’une autre assurance. En effet, suite à certains changements de situation, les prestations versées sont adaptées. Pour cette raison, ces modifications doivent être communiquées à la Caisse de pensions de l’État de Vaud (CPEV). Cette dernière adapte les prestations en conséquence et émet un nouveau décompte, qu’elle envoie à l’assuré.

Pourquoi communiquer un changement?

Si l’annonce n’est pas effectuée immédiatement, le risque encouru est soit de toucher des prestations à tort, qui devront par la suite être remboursées par le bénéficiaire (dans le cas d’un décès, par ses proches), soit ne pas recevoir des prestations à la hauteur de sa nouvelle situation.

En effet, lors de certains changements, les prestations versées peuvent être adaptées autant à la hausse, qu’à la baisse.

Comment annoncer un changement?

Les changements doivent être annoncés à la caisse par écrit et de suite, afin d’éviter des rectificatifs ultérieurs.

En cas de décès d’un ou d’une bénéficiaire, les proches doivent l’annoncer en envoyant l’acte de décès.

Adresse d’envoi: CPEV, Caroline 9, Case postale 288, CH-1001 Lausanne.

 

Les seniors sont une opportunité à saisir

Le canton de Vaud veut adapter ses politiques pour répondre aux besoins des seniors, qui généreront près de 17 000 emplois pour les soins institutionnels d'ici à 2040.

Présentés parfois comme un problème ou un risque, les seniors de 65 ans et plus sont aussi «une opportunité», souligne le canton de Vaud. Il entend ainsi anticiper et réussir le tournant du vieillissement de la population et de la silver économie (économie des cheveux gris). La consommation directe des seniors pourrait atteindre 7 milliards de francs.

D'une centaine de pages et intitulée «La silver économie, une opportunité pour le canton», cette étude thématique, dont la synthèse place l'horizon à 2040, doit servir à aiguiller le prochain programme de législature 2022 - 2027. Cependant, les questions relatives à l'âge de la retraite et à l'assurance-maladie n'ont pas été étudiées de façon spécifique.

Apparue vers 2000, la notion de silver économie couvre le vaste champ des personnes de 65 ans et plus, dont le nombre et les revenus augmentent. En 2030, la Suisse comptera 670'000 retraités supplémentaires. Dans le canton de Vaud, les 65 ans et plus, qui étaient 125'000 en 2015, verront leur nombre passer à 220'000 en 2040, soit une augmentation de 75%. C'est un défi majeur des sociétés occidentales. Cette tranche d'âge bénéficie en outre d'une situation financière appréciable. Les seniors sont devenus des protagonistes centraux de la vie économique, dotés d'un pouvoir d'achat non négligeable.

En matière d'hébergement, Vaud a été précurseur il y a trente ans en favorisant le maintien des gens à domicile. Ce choix, qui doit perdurer, se révèle non seulement moins cher pour l'Etat, mais aussi bénéfique pour les personnes elles-mêmes. Des solutions doivent néanmoins être proposées afin que ces individus trouvent des appartements adaptés à leur âge et à leurs besoins. La domotique se révèle prometteuse dans ce contexte.

Des sociétés cherchent à mettre au point des logements «intelligents» qui viennent en aide aux seniors. Autre évolution à ne pas négliger : la transition numérique. La tendance de l’utilisation d’internet est très marquée et implique par exemple de prévoir la formation de ceux qui veulent pouvoir utiliser cet instrument.

Le secteur sanitaire et médical sera à l'évidence aussi porteur. Les progrès de la médecine sont un enjeu-clé.

Les réflexions ne portent pas que sur des aspects matériels ou quantifiables. Un des enjeux réside notamment dans la nécessité de prévenir «les conflits intergénérationnels».

Si les seniors votent davantage que les jeunes, pourrait-on imaginer une forme de gérontocratie à l'avenir ? Non, répond l'étude, même si elle constate que «les seniors peuvent être subitement surreprésentés au moment de certains arbitrages».

 

Décision de l’après-midi

Prendre une décision importante durant l’après-midi ? Mauvaise idée.

Signer un contrat capital, se lancer à son compte, quitter son petit ami, subir une intervention chirurgicale, déménager: ces questions essentielles ne devraient pas être traitées dans la seconde partie de la journée.

Et si on attendait demain matin pour se décider?

Que l’on soit du matin ou du soir, cela n’a visiblement pas d’importance lorsqu’il s’agit de prendre des décisions qui auront un impact important dans notre vie. Car le rythme chronobiologique est le même pour tous: nous sommes plus optimistes, confiants et remplis d’énergie le matin ainsi qu’en fin d’après-midi. Entre deux, l’humeur décline… avant de reprendre du vif après 17h.

 Par exemple, au cours d’un procès, les jurés auraient tendance à être plus intransigeants et moins attentifs dans l’après-midi. Les criminels seraient donc susceptibles d’obtenir une sanction plus clémente le matin. Le temps a malheureusement également des effets dans les blocs opératoires, où les «événements indésirables» sont plus nombreux entre 15 et 16 heures.

Matin = parfait timing.

Telle est la conclusion d’un écrivain américain qui a compilé près de 700 études effectuées, tant dans le domaine de la psychologie, de la biologie que des neurosciences. Toutes aboutissent au même constat: le temps qui passe lors d'une journée influe sur nos capacités à réfléchir, analyser et décider. Mais il n’évoque pas les causes susceptibles de faire ainsi vaciller notre attention.

Serait-ce le fameux coup de barre de 14h ? La digestion qui parasite notre cerveau ? Le fruit du hasard ? Cela reste à élucider. Mais l’auteur insiste, mieux vaut éviter toute prise de risques durant ce laps de temps: les après-midi sont à nos journées ce que le triangle des Bermudes est à la navigation: une zone dangereuse.

Une raison de plus de profiter du matin et de tous ses bienfaits. Et si on décalait notre réveil pour demain ?

 

Une ligne téléphonique contre la maltraitance des aînés

Les victimes, leurs proches ou les auteurs peuvent désormais adresser leurs questions à la plateforme Vieillesse sans violence, au 0848 00 13 13.

Quelles violences les personnes âgées subissent-elles, jusqu'où peuvent-elles aller et comment réagir?

On estime que près de 300'000 personnes âgées sont victimes de maltraitance en Suisse, selon des statistiques européennes . Ces violences peuvent être psychiques, financières ou physiques. Il peut également s'agir de négligence. Quand on parle de maltraitance, on pense en général aux coups, mais la plupart du temps il s’agit d’une brutalité psychique ou morale et beaucoup plus sournoise. Pour briser le tabou, trois organisations ont lancé la première permanence nationale de conseil. Cette permanence, «Vieillesse sans violence», ouvre une ligne téléphonique ainsi qu'un site internet vieillessesansviolence.ch.

Comment réagir face à un cas de maltraitance?

Les cas adressés aux associations actives dans le domaine sont en hausse. Cela ne signifie pas forcément que la situation empire. Il faut plutôt y voir une prise de conscience du phénomène. Pour répondre à cette demande, une plateforme nationale, appelée Vieillesse sans violence, est lancée avec un numéro de téléphone: le 0848 00 13 13. Tant les victimes et ceux qui les entourent que les auteurs peuvent y obtenir des informations en cas de maltraitance avérée ou soupçonnée. Il s’agit d’une porte d’entrée unique et nationale où ils peuvent adresser leurs doutes et leurs questions. Il s’agit aussi de créer des synergies entre les organisations qui existent dans toute la Suisse.

Lien: Contre la maltraitance des aînés

 

Prudence et attention au clic !

En quelques années , le clic est devenu un moyen facile, pratique et rapide pour acheter des biens et des services. Mais, comme toute technologie, il a ses points noirs.

Attention. En activant le bouton « commander » on s’engage valablement à acheter le bien sélectionné. Le clic est un geste irrévocable, car il n’est pas possible de revenir en arrière après avoir validé la commande, à moins que le site ne le prévoie dans ses conditions générales.

D’autre part, il faut être très prudent lors de commande sur un site étranger. A part le fait qu’il peut y avoir des frais de livraison ou de dédouanement non précisés, il faut s’assurer que les marchandises peuvent vraiment être importées depuis l’étranger.

Consulter le site avec attention. Se méfier des fautes de toutes sortes, des images non centrées, des caractères non reconnus tout comme des réductions très importantes sur des produits chers doivent attirer l’attention. L’absence d’indication sur l’entreprise ou d’adresse de contact précise devrait aussi mettre la puce à l’oreille et éveiller la méfiance.

 

Maison connectée

Le mot à retenir est « domotique ». Cela concerne l’ensemble des techniques qui permettent la gestion automatisée d’une habitation. A notre époque, chaque élément électrique d’une maison offre la possibilité d’être contrôlé à distance depuis une application smartphone. Il s’agit de la lumière, des volets, des thermostats, des alarmes ou encore des caméras de surveillance. Le tout demande un peu de bricolage ou l’aide de spécialiste mais peut offrir un confort de vie non négligeable aux personnes âgées ou handicapées. Et si l’écran du téléphone est trop petit, il y a la possibilité de pouvoir diriger sa maison depuis sa TV. Quel progrès!

Lien: Maison connectée

 

Contrôle médical des conducteurs : 5 ans de sursis

Dès le 1er janvier 2019, le moment du premier contrôle d’aptitude à la conduite pour les seniors est repoussé de 5 ans. Ensuite, l’intervalle de ces contrôles reste de deux ans. Ce nouvel article de la Loi sur la circulation routière (LCR) indique que désormais ce ne sera qu’à partir de 75 ans – contre 70 auparavant - que les titulaires du permis de conduire seront convoqués pour un examen auprès d’un médecin conseil. En parallèle, des mesures d’information et de sensibilisation devraient être mises en place par le Fonds de sécurité Routière (FSR), comme par exemple des courriers d’information aux nouveaux septuagénaires.

En effet, le Conseil fédéral est d’avis qu’il convient de maintenir le plus longtemps possible la mobilité de nos aînés. Il considère qu’il faut responsabiliser davantage les personnes âgées quant au choix du moment où elles doivent arrêter de conduire. Cette nouvelle disposition permettrait de tenir compte également de l’augmentation de l’espérance de vie et de l’amélioration de la santé des personnes âgées dans l’évaluation de l’aptitude à la conduite ainsi que des avancées technologiques dans le domaine des véhicules automobiles.

 

Pourquoi le temps passe-t-il toujours plus vite?

La perception de la durée est subjective. Elle dépend d’abord du mental. Plus précisément, du ralentissement de l’activité cérébrale. Au fil des ans, la vitesse de diffusion des informations dans le cerveau ralentit, avec pour conséquence de provoquer l’illusion que le passage du temps s’accélère. Vient ensuite le ralentissement du métabolisme.

En vieillissant, la respiration et les battements de cœur se font plus lents. Ce qui accentuerait aussi l’impression que ce qui nous entoure va plus vite.

Alors comment faire pour augmenter la durée du temps ressenti?

La meilleure technique consiste à éviter la routine. Plus le quotidien est parsemé d’habitudes, plus le cerveau passe en mode automatique. A l’inverse, chaque fois qu’il est déstabilisé par l’inconnu, il est aussi forcé de se faire plus présent.

 

Réduction de primes ass. maladie

La hausse des primes de l’assurance-maladie a incité le Conseil d’Etat et le Grand Conseil à améliorer le dispositif des subsides, sur la base de mesures sociales approuvées en votation populaire le 20 mars 2016.

L’objectif du nouveau subside est de limiter, dès le 1er septembre 2018, la charge relative aux primes d’assurance maladie à 12% du revenu déterminant puis, la limite sera de 10% dès le 1er janvier 2019.

Comment procéder pour évaluer votre droit au subside ?

Munissez-vous de votre police d’assurance-maladie valable pour l’année en cours, ainsi que celle de chaque membre de votre ménage. Vous avez besoin également de votre dernière décision de taxation fiscale.

Ensuite, vous avez deux possibilités :

1 ) Pour évaluer votre droit à ce subside, puis procéder à une demande en ligne, le site www.vd.ch/ovam est à votre disposition.

2) Si vous avez besoin d’aide pour effectuer cette démarche, vous pouvez vous rendre à l’Agence d’assurances sociales (AAS) la plus proche de votre région de domicile.

Si vous bénéficiez déjà d’un subside à l’assurance-maladie, il n’y a rien à entreprendre. Votre droit à un nouveau subside sera examiné d’office et une décision vous sera transmise.

Cette aide ne concerne que l’assurance obligatoire de soins mais pas les complémentaires.

Lien: Subside assurance maladie

 

La retraite oui, mais active

Innovage Suisse Romande (ISR), ce sont 150 conseillères et conseillers, anciens cadres dans l'économie, l'administration, la formation, le conseil et les médias. Proches de la retraite ou retraités, ils mettent leur expérience et leur savoir à disposition de projets d'utilité publique. Leur activité est bénévole et intergénérationnelle.
ISR est active dans toute la Suisse et offre ses prestations à des personnes et organisations porteurs de projets à but non lucratif.

D’une manière générale, les interventions d’ISR sont ponctuelles et s’adressent uniquement à des groupes, non à des personnes seules et refuse les demandes consistant uniquement à rechercher des fonds.

Les bénévoles d’ISR sont pleins d’énergie et les dirigeants aimeraient faire mieux connaître cette association, qui a été lancée en 2007 grâce au soutien du pour-cent culturel de Migros. La présidente souhaite recruter de nouveaux membres surtout localisés sur l’arc lémanique. L’association met régulièrement sur pied un séminaire d’initiation afin de former les futurs conseillers et surtout conseillères.

Lien: Retraite active

 

Trois piliers : et si je meurs

Durant notre vie professionnelle, nous cotisons une quarantaine d’années aux trois piliers de la prévoyance, ce qui représente une somme considérable. Il est donc légitime de savoir à qui reviendront les rentes ou capitaux qui en sont issus.

Le conjoint et les enfants sont généralement les premiers bénéficiaires des prestations de survivants, voire les seuls. AVS et LPP posent des conditions pour l’octroi d’une rente. Une veuve doit avoir des enfants communs ou être âgée d’au moins 45 ans lors du décès et être mariée depuis au moins cinq ans. En matière de LPP, ces conditions sont aussi valables pour le veuf.

L’AVS quant à elle, ne verse une rente de veuf qu’en présence d’enfants mineurs. Les ex-conjoints divorcés peuvent prétendre au versement d’une rente à des conditions plus restrictives. Les enfants reçoivent de l’AVS et de la LPP des rentes d’orphelin jusqu’à 18 ans, voire 25 ans en cas de poursuite d’une formation. Pour les personnes sans conjoint ni enfant, les caisses de pension peuvent inclure d’autres bénéficiaires dans leur règlement.

Pour les assurances vie, l’assuré aura indiqué le nom des bénéficiaires qui recevront la prestation convenue à son décès. Passé la retraite, les capitaux versés à l’assuré font partie de sa fortune, qui sera partagée selon les règles légales. Une planification successorale et un testament peuvent ainsi se révéler utiles.

 

Retraites: la Caisse de pensions peut aller de l'avant

L'Autorité de surveillance LPP et des fondations de Suisse occidentale autorise la Caisse de pensions de l'État de Vaud à poursuivre sa gestion selon le système de la capitalisation partielle. Les prestations actuelles sont donc maintenues jusqu'à fin 2022.

En juin 2017, le conseil d'administration de la Caisse de pensions de l'État de Vaud (CPEV) avait décidé de réviser le plan de prévoyance des employés de la fonction publique vaudoise. Il se basait sur des prévisions de rendements émanant d'experts. Avec le plan proposé l'an dernier, l'âge de départ à la retraite était notamment repoussé de deux ans dès le 1er janvier 2019.

Mais en raison de l’excellent exercice réalisé en 2017, les syndicats et le Conseil d'État ont demandé conjointement au conseil d'administration de la CPEV de maintenir les prestations de retraite actuelles. La CPEV a accepté de soumettre ce plan à l'Autorité de surveillance LPP et des fondations de Suisse occidentale (As-So), un organisme qui s'assure notamment que les caisses de pensions respectent le cadre fédéral en matière de prévoyance. L'As-So l'a approuvé le 26 juin et accepte que la CPEV poursuive sa gestion en capitalisation partielle.

Un nouveau plan de prévoyance devra être soumis à l'As-So en 2022. Le cadre fédéral impose aux institutions de prévoyance d'atteindre un taux de couverture de 80% des engagements totaux pris envers les rentiers et les assurés actifs au 1er janvier 2052 au plus tard.

 

La solitude - En parler

Dans notre société hyperconnectée, la solitude ne devrait plus exister mais le nombre de personnes qui la subissent augmente. La précarité accentue encore plus cette tendance à l'isolement.

Définition : "La solitude c'est l'impression désagréable que l'on ressent lorsque son réseau de relation est déficient ou lorsque les relations que l'on souhaiterait avoir ne correspondent pas à la réalité".

Ce sont les personnes en situation de précarité qui ont le plus grand risque de faire l'expérience de la solitude. Si les plus démunis maintiennent des relations, notamment avec les services sociaux, leur situation se caractérise néanmoins par une pauvreté relationnelle grandissante à laquelle s'ajoute une pauvreté économique.

Il y a la solitude volontaire, lorsque l'on décide de s'exclure de son cercle d'amis, parce que l'on ne veut pas parler de sa situation de précarité. On trouve des excuses pour refuser des invitations par exemple pour aller à un anniversaire car dans l'impossibilité de faire un cadeau. Peu à peu, on se retrouve seul, sans relation sociale.

Il y a  en Suisse romande quelque 600 groupes d'entraide autogérés et plus de 400 regroupent des informations qui peuvent aider ceux qui le désirent. Pour rompre cette solitude il faut en parler dans un groupe qui écoute avec empathie et alors on se sent moins seul et  surtout compris et on peut commencer à avoir une action sur ses difficultés.

 

Les retraités pourront retirer le 2ème pilier

Une commission du Conseil des Etats se rallie à l'unanimité au National et sonne le glas à une interdiction prévue de retirer le 2e pilier. L'interdiction était dans le but d'alléger les besoins en prestations complémentaires.

Le Conseil fédéral veut profiter de la réforme du système pour imposer la rente à toutes les personnes qui partent à la retraite ou se mettent à leur compte pour exercer une activité indépendante. Le but est d'éviter que certains dilapident leur argent et soient obligés de solliciter ensuite des prestations complémentaires (PC).

Les sénateurs avaient accepté l'interdiction de retrait en capital pour les rentiers et limité les possibilités pour les indépendants. Mais le Conseil national a mis les pieds au mur en mars pour les rentiers AVS comme pour les indépendants. La commission de la sécurité sociale du Conseil des Etats soutient désormais le statu quo à l'unanimité, a-t-elle communiqué.

Pas question en revanche de réduire les prestations complémentaires de 10% lorsque le capital retiré est totalement ou partiellement utilisé. La commission rejette catégoriquement cette sanction introduite par le National.

La fortune ne devrait pas non plus forcément barrer la route aux prestations complémentaires. La commission repousse à l'unanimité le seuil de 100'000 francs que le National veut introduire et le garde-fou de mise en gage qu'il a prévu pour éviter d'obliger des propriétaires à vendre leur logement.

Le Conseil des Etats se repenchera sur le dossier à la session d'été. 

 

En cas d'inaptitude

Le mandat pour cause d'inaptitude est un document écrit par une personne qui charge un tiers de lui fournir une assistance personnelle, de gérer son patrimoine ou de la représenter au cas où elle deviendrait incapable de  le faire elle-même en raison de problèmes de santé. Ces instructions peuvent être plus ou moins précises et prennent effet lorsque leur auteur tombe dans le coma et cessent lorsque celui-ci recouvre sa lucidité. 

Toutes les personnes majeures, capables de discernement et qui ne sont pas sous curatelle peuvent rédiger un mandat pour cause d'inaptitude. Il peut être établi entièrement écrit à la main, dûment daté et signé par son auteur. Il peut aussi être préparé sous la forme d'un acte authentique qui implique un passage devant un notaire.

Celui qui devra gérer la vie du mandant pendant son incapacité et lui fournir assistance peut être une personne physique (majeure et capable de discernement) ou morale, comme une fiduciaire par exemple. Il est conseillé d'enregistrer le document en question à l'Etat civil car c'est auprès de cette  instance que l'Autorité de protection de l'adulte va contrôler s'il existe un mandat pour cause d'inaptitude.

Le mandat peut être annulé ou modifié tant que son auteur est capable de discernement. Il peut l'être dans l'une des formes prévues pour sa constitution (olographe ou authentique). Ou il suffit de le détruire physiquement. Des modifications peuvent lui être apportées de la même manière.

 

Les couples et l'AVS

Le calcul de la rente AVS est complexe. Son montant dépend de plusieurs facteurs, dont le revenu annuel moyen perçu de l'âge de 21 ans jusqu'à l'âge ordinaire de la retraite AVS. La rente  maximale pour célibataire de 2'350 francs par mois est perçue par celui qui a gagné en moyenne 84'600 francs ou plus par an, pendant au moins 44 ans (43 pour les femmes), compte tenu du facteur de revalorisation et d'éventuelles bonifications pour tâches éducatives.

Le couple marié ne perçoit pas une double rente individuelle mais au maximum 3'525 francs. Un plafonnement limite la rente du couple à 1,5 fois la rente maximale pour célibataire.

Souvent les revenus sont inégalement répartis entre les conjoints. De nombreux époux reçoivent la rente individuelle maximale jusqu'au départ à la retraite de leur épouse, alors que beaucoup de retraitées ne reçoivent qu'une rente réduite ou la rente minimale jusqu'à la retraite de leur époux. Les rentes sont plafonnées dès que le second conjoint part à la retraite. Alors seulement, les revenus et bonifications acquis pendant les années de mariage sont répartis à parts égales entre les conjoints. Si l'un décède, la rente du partenaire survivant est recalculée.

Il est recommandé  aux futurs retraités de faire calculer à l'avance le montant de leur rente AVS.

Lien: Calculer sa rente

 

La vente en viager

Il se trouve régulièrement des gens, souvent d’un certain âge et sans héritier direct, propriétaires de leur logement et qui préfèreraient avoir un peu moins de fortune dans la pierre et un peu plus de liquidités.

Pour ces gens, la loi propose différentes solutions qui comprennent toutes une vente ferme doublée d’un droit d’habitation, en faveur du vendeur et de son conjoint, puis un paiement. Celui-ci est divisé d’une part par le montant payé à la signature (le bouquet) et d’autre part, par des rentes qui peuvent être à vie ou d’une durée limitée.

En garantie du paiement de la rente, les parties constituent un droit de réméré en faveur du vendeur, de telle sorte que si l’acheteur ne paie plus la rente le vendeur puisse récupérer son bien.

Il n’y a pas nécessairement de bouquet, ni forcément de rentes. On peut avoir l’un sans l’autre. Pour convenir des modalités de paiement, les parties s’entendent sur la valeur vénale de l’objet puis répartissent ce montant selon les besoins en liquidités du vendeur et les capacités de l’acheteur.

Pour en savoir plus et bénéficier d’un premier conseil il est indispensable de contacter un notaire.

 

Votre droit à l’assistance

En plus de l’AVS ou de la rente AI, les prestations complémentaires vous assurent un niveau de vie suffisant.

N’hésitez donc pas à vous prévaloir des prestations complémentaires si l’AVS ou la rente AI ne couvrent pas vos besoins vitaux, car vous y avez droit. Les cantons versent les prestations complémentaires mensuellement. Outres les besoins dentaires ou les redevances radio-TV, il est possible de se faire rembourser les frais de maladie, et ce, séparément et en sus des prestations complémentaires. Ces frais couvrent les dépenses suivantes :

  • Quote-part et franchise de l’assurance obligatoire des soins 
  • Transports
  •  Aide-ménagère
  •  Cures de convalescence

Vous désirez savoir si votre situation personnelle et économique vous donne droit aux prestations complémentaires ? Adressez-vous à l’agence AVS de votre commune de résidence pour obtenir ces renseignements. Les personnes ayant atteint l’âge de l’AVS peuvent également s’adresser à Pro Senectute, et les personnes invalides à Pro Infirmis.

 

La retraite: de grands changements

Le départ à la retraite apporte de nombreux changements: le revenu issu des prestations en rente et en capital est en moyenne inférieur au revenu précédemment issu du travail. Une partie de la baisse de revenus est compensée par la réduction de la charge fiscale et la fin des versements à la prévoyance privée. Les revenus n'en restent pas moins diminués. Une planification adroite et anticipée permet de combler la perte de revenus résiduelle.

A 50 ans

Le moment idéal pour se faire une vue d'ensemble et poser des jalons:

  • Rassembler les documents en vue d'une évaluation complète de la situation financière. Ceux-ci comprennent les déclarations d'impôt, le certificat de caisse de pensions, les polices d'assurance-vie, les décomptes AVS et les extraits actuels de tous les comptes.
  • Contrôler la situation budgétaire actuelle.
  • Identifier les éventuelles pertes de revenu à partir de la retraite et définir une stratégie pour les combler (p. ex. versement dans le pilier 3a via une solution de compte ou une assurance-vie, rachat à la caisse de pensions).

A 55 ans

Vérifier régulièrement la stratégie choisie et la remettre en question:

  • Mes objectifs de retraite sont-ils encore valables?
  • Ma situation financière a-t-elle changé?

A 60 ans

Le moment est venu d'envisager concrètement le départ à la retraite:

  • Fixer le moment de sortie de la vie active.
  • Décider comment les pertes de revenu vont être compensées: Consommer son épargne? Se faire verser son pilier 3a? Retirer l'avoir de la caisse de pensions en tant que rente ou capital?

7 ou 8 mois avant le départ à la retraite, effectuer les premières démarches de départ à la retraite.

Quel sera le montant de ma rente AVS au moment de partir à la retraite?

Le calcul de votre future rente vous informe sur le montant de la rente de vieillesse du 1er pilier escomptée au moment du départ à la retraite et vous aide à planifier votre avenir financier. Vous l'obtiendrez auprès de l'agence AVS de votre domicile ou à votre caisse de compensation attitrée.

 

Le problème de l’entrée en EMS

Quitter son foyer, son village et ses habitudes pour prendre ses quartiers dans un EMS. Troquer une maison ou un appartement pour une simple chambre, apprendre la vie en communauté. Chaque année, plus de 3100 Vaudois, dont la santé décline, entrent en institution. Une transition difficile, encore plus si l’on a toute sa tête.

L’acceptation de l’entrée en institution dépend du parcours de vie et des ressources de chacun. Mais quitter son chez-soi pour une vie en communauté reste un événement très violent et douloureux,  avec de plus le sentiment de perte de liberté individuelle. Selon une étude, l’état de santé de la plupart des résidents s’améliore dans une première phase, puis se dégrade avec l’évolution de leur maladie. Ils bénéficient souvent d’un meilleur confort qu’à leur domicile, surtout ceux qui vivaient seuls, se nourrissaient mal et avaient de la peine à gérer la médication.

Reste le problème des proches pour qui le sentiment de culpabilité reste très fort. C’est lourd émotionnellement et difficile à gérer et il faudrait probablement améliorer le soutien aux proches dans ces moments.

 

Le billet du président du mois de February 2020

Billet du Président 2020

Après ces périodes de fêtes euphoriques, nous sommes bien obligés de constater que oui, nous voilà déjà en deux mille vingt. Heureusement, c’est facile à retenir (vingt vingt ou 2020) car à la vitesse où le temps passe, on a de la peine à se souvenir de l’année dans laquelle on vit.

Pour cela, nous pouvons trouver des repères mnémotechniques dans ... lire la suite

 

Vaud et région

  • Vaud-Fribourg: Panne Swisscom: services rétablis

    L'opérateur a pu rétablir son réseau dans le canton de Vaud et Fribourg, après une panne qui durait depuis mercredi.
    Lire la suite...
  • Lac Léman: Le brassage hivernal pas assez en profondeur

    Le brassage a atteint la profondeur de 100 m, ce qui n'a pas permis d'alimenter en oxygène les couches profondes, pouvant atteindre à certains endroits plus de 300 m.
    Lire la suite...
  • Coronavirus: Le CHUV essaye «d'anticiper au maximum»

    Le service des soins intensifs de l'hôpital universitaire lausannois est passé de 250 à près de 700 soignants pour pouvoir prendre en charge les patients atteints du Covid-19.
    Lire la suite...
© Flux rss 20minutes.ch

Newsletter

Activités

La date de la prochaine course suivra prochainement.
TOUTES NOS RUBRIQUES:
by designis site internet réalisé par Designis propulsé avec Hekl@