Union des Retraités de l'Etat de Vaud

Adhérez à l’UREV

L'UREV, c'est près de 5'000 membres dont les buts sont:

- défendre les intérêts de ses membres, le maintien des acquis, l'obtention d'une indexation ou d'une prime ponctuelle

- l'UREV est directement impliquée dans les négociations avec la Caisse de pensions

L'UREV vous offre :

- quatre fois par an un « Bulletin d'information » par voie postale ou électronique

- une aide financière en cas de nécessité, grâce à son fonds de prévoyance géré par le comité

- la possibilité de vous retrouver lors des deux courses annuelles, de printemps et d'automne

N'hésitez plus, inscrivez-vous sur le site internet ou prenez contact par mail :

info@urev.ch ou m.mosbahi.urev@hispeed.ch

ou par écrit :

UREV, Union des Retraités de l'Etat de Vaud, Case postale 7645, 1002 Lausanne, ou

Monika Mosbahi, Chemin de la Reine 7, 1029 Villars-Ste-Croix

Vous pouvez devenir membre de l'association.

Statuts de l'UREV

 

Attention les yeux !

Tout comme d’autres organes, les yeux subissent aussi des changements liés à l’âge. Les plus courants sont la cataracte, le glaucome, la rétinopathie diabétique et la dégénérescence maculaire liée à l’âge. A partir de 50 ans, une visite chez l’ophtalmologue est recommandée.

La dégénérescence maculaire liée à l’âge est la première cause de handicap visuel sévère chez les personnes âgées dans le monde occidental. Au cours de cette pathologie, le centre de la macula, le point où la vision est la plus nette, subit des dommages. Les personnes concernées voient alors des lignes droites qui se courbent ou discernent des ombres foncées au centre de leur champ de vision.

L’association de patients Retina Suisse propose des moyens auxiliaires pratiques à télécharger, ainsi que des adresses et des numéros de téléphone d’associations d’entraide qui peuvent vous apporter un soutien et des conseils supplémentaires.

Lien: Association Retina Suisse

 

Votre droit à l’assistance

En plus de l’AVS ou de la rente AI, les prestations complémentaires vous assurent un niveau de vie suffisant.

N’hésitez donc pas à vous prévaloir des prestations complémentaires si l’AVS ou la rente AI ne couvrent pas vos besoins vitaux, car vous y avez droit. Les cantons versent les prestations complémentaires mensuellement. Outres les besoins dentaires ou les redevances radio-TV, il est possible de se faire rembourser les frais de maladie, et ce, séparément et en sus des prestations complémentaires. Ces frais couvrent les dépenses suivantes :

  • Quote-part et franchise de l’assurance obligatoire des soins 
  • Transports
  •  Aide-ménagère
  •  Cures de convalescence

Vous désirez savoir si votre situation personnelle et économique vous donne droit aux prestations complémentaires ? Adressez-vous à l’agence AVS de votre commune de résidence pour obtenir ces renseignements. Les personnes ayant atteint l’âge de l’AVS peuvent également s’adresser à Pro Senectute, et les personnes invalides à Pro Infirmis.

 

Les aînés, une aubaine pour l’économie

De plus en plus d’entreprises s’intéressent à investir dans les EMS ou dans les soins à domicile. Le vieillissement de la population peut ainsi être une aubaine économique, et pas uniquement dans le secteur des soins. Les enfants du baby-boom qui vont atteindre la retraite ces prochaines années sont en pleine forme et beaucoup ont des moyens financiers. Ces personnes sont pleines de projets, ont toujours su ce qu’elles voulaient et sont donc exigeantes. Enfin, avec une espérance de vie toujours plus grande, elles devraient passer davantage de temps à la retraite.

Depuis la fin des années 90, on voit apparaître les aînés dans des publicités. Avant, c’était uniquement pour vendre des produits d’entretien des dentiers alors qu’aujourd’hui ils sont souriants, actifs et sportifs. Les domaines du tourisme, des hôtels et des voyages sont aussi concernés.

Dans les secteurs d’avenir, on peut ajouter le temps libre pour le théâtre, le sport, la gastronomie, ainsi que le style de vie pour les vêtements, les chaussures, les bijoux, sans oublier les assurances ou les conseils financiers.

 

Lorsque le temps vaut plus que l’argent

Une banque du temps, permettant à chacun d’échanger ses services gratuitement a été inaugurée  à Lausanne. Pas de pièces ni de billets dans les coffres, mais du temps et des compétences. Cette plate-forme d’échanges locaux a été lancée par un collectif lausannois.

Ouverte à tous, via sa plate-forme Internet, cette banque permet à ses adhérents de mettre leurs compétences à profit en les échangeant contre celles des autres membres, sans aucune transaction de monnaie physique.

Il est possible par exemple de « payer » une heure de service juridique en offrant une heure de cours de peinture, de yoga, de langue ou de sport. L’intention du collectif est de constituer une communauté solidaire, même si elle n’est pas la première de ce genre. Cette banque du temps hors du commun est ouverte à tous et permet de sortir des sentiers battus, tout en valorisant ses compétences.

Lien: Une banque du temps

 

Dix milliards de francs

C’est la somme issue des caisses de pension et répartie sur plus d’un million de comptes, qui dort à la Fondation institution supplétive LPP. Il s’agit de chiffres records et les caisses n’ont pas trouvé les titulaires de ces comptes. Dès lors, c’est l’institution supplétive qui est chargée de les administrer. Si tous les comptes ont bien un détenteur et un numéro AVS, pour 650'000 d’entre eux représentant trois milliards de francs, la fondation ne dispose pas d’une adresse correcte.

Lors d'un changement d'emploi ou d'une pause dans la vie professionnelle, l'assuré doit préciser à sa caisse de pension où transférer son 2e pilier. Son dernier employeur doit le rendre attentif à cette question, mais certains employés omettent de se soucier de leurs avoirs.

Si aucune démarche n'a été entreprise six mois après la fin du contrat de travail, la caisse de pension peut reverser l'argent à l'institution supplétive. Après deux ans au plus tard, elle devra procéder au transfert et la fondation ouvrira alors un compte de libre passage au nom de l'assuré.

Lorsque c'est possible, la fondation entre en contact avec le détenteur du compte. Mais si celui-ci a déménagé, voire quitté la Suisse, la tâche peut s'avérer compliquée.

Pour les employés qui sont (re)partis à l'étranger, seule la part sur-obligatoire du 2e pilier peut être versée à une institution de prévoyance étrangère. La part obligatoire doit rester en Suisse. Une grande partie des comptes dormant à l'institution supplétive appartiennent à des personnes qui résident en dehors du pays.

En général, les nouveaux retraités n'oublient pas de demander leur premier pilier et s'adressent à cette fin à l'AVS. Cette dernière informe ensuite la Centrale du 2e pilier, organe de liaison entre les institutions de prévoyance professionnelle et les assurés.

C'est justement auprès de cette centrale que ceux qui craignent d'avoir oublié leur avoir de vieillesse peuvent entreprendre de le récupérer: elle a pour but de rétablir les contacts rompus entre les assurés et les institutions.

Si elle retrouve des fonds "oubliés", la centrale les fera verser dans la nouvelle caisse de pension de l'employé. Toutefois, lorsque l'intéressé est au chômage ou domicilié à l'étranger, l'argent restera sur le compte de libre passage ouvert à l'institution supplétive.

Si un employé ne s'est pas manifesté 10 ans après la retraite, la fondation reverse les avoirs non réclamés sur le fonds de garantie de la Centrale du 2e pilier. Les assurés peuvent y réclamer leur dû jusqu'à l'âge de 100 ans.

Lien: Fonds libre-passage

 

Faire le plein de vitamines

Peut-être que notre blues de décembre vient simplement d’un manque de luminosité et de vitamine D, synthétisée dans l’organisme par l’action des rayons du soleil. Avec cette grisaille, ces courtes journées et le froid qui gentiment débarque sur nos contrées, notre pauvre corps a parfois du mal à suivre.

Afin de l’aider à braver la saison hivernale, gardons un œil vigilant sur nos apports en vitamines, en fibres et en fer. Une alimentation saine, suffisamment de sommeil et quelques moments par jours passés à l’extérieur devraient déjà nous faire un bien fou.

 Et surtout, on continue le sport, même si le froid et l’obscurité sont d’excellentes excuses d’arrêter la course à pied. Pourtant, notre corps a tout autant besoin de bouger en hiver qu’en été, sans parler des heures supplémentaires que nous passons entre quatre murs. Alors, que l’on soit le plus grand des frileux ou non, on enfile un sous-vêtement «seconde peau» et on y retourne. Cette libération d’endorphines dans notre corps devrait nous donner un coup de boost immédiat, et cela régulièrement, à condition de dénicher un sport que l’on trouve agréable, qui nous motive et qu’on ne va pas abandonner aussi facilement qu’on l’a commencé.

 

Les aînées attaquent le Conseil fédéral

L’association Aînées pour la protection du climat espère pousser la politique climatique du gouvernement. Pour ce faire, elle va intenter une action judiciaire contre le gouvernement et l’Administration fédérale pour non-respect de la Constitution et du droit international. Les panthères grises des Aînées invoquent le droit à vivre dans un environnement sain. Parce que le Conseil fédéral ne fait pas ce qu’il a promis à la COP21 à Paris en 2015. L’objectif de limiter le réchauffement à 2 degrés, voire à 1,5 degré, ne sera pas atteint. Cette action judiciaire veut faire bouger les lignes et montrer qu’il y a une pression de la société civile pour que les choses changent.

Le réchauffement climatique a tué en Suisse, lors des grandes canicules et, de puis 2003, les aînés de 70 ans et plus ont été plus particulièrement atteints.

Aux Pays-Bas, l’action judiciaire a d’abord été accueillie par des ricanements et cela a changé quand la justice a donné raison aux recourants. Maintenant, cela fait bouger le politique qui a pris des mesures au parlement.

 

Le problème de l’entrée en EMS

Quitter son foyer, son village et ses habitudes pour prendre ses quartiers dans un EMS. Troquer une maison ou un appartement pour une simple chambre, apprendre la vie en communauté. Chaque année, plus de 3100 Vaudois, dont la santé décline, entrent en institution. Une transition difficile, encore plus si l’on a toute sa tête.

L’acceptation de l’entrée en institution dépend du parcours de vie et des ressources de chacun. Mais quitter son chez-soi pour une vie en communauté reste un événement très violent et douloureux,  avec de plus le sentiment de perte de liberté individuelle. Selon une étude, l’état de santé de la plupart des résidents s’améliore dans une première phase, puis se dégrade avec l’évolution de leur maladie. Ils bénéficient souvent d’un meilleur confort qu’à leur domicile, surtout ceux qui vivaient seuls, se nourrissaient mal et avaient de la peine à gérer la médication.

Reste le problème des proches pour qui le sentiment de culpabilité reste très fort. C’est lourd émotionnellement et difficile à gérer et il faudrait probablement améliorer le soutien aux proches dans ces moments.

 

Aurez-vous assez d’argent à la retraite ?

Les personnes qui n’ont pas économisé suffisamment d’argent jusqu’à leur retraite devront réduire leur train de vie de retraités.

Les prestations fournies par l’AVS et la caisse de pension devraient suffire à garantir le niveau de vie habituel au cours de la retraite. Mais plus le temps passe, moins ce scénario est réaliste. Les rentes des caisses de pension ont forcément diminué ces dernières années. Les personnes partant prochainement à la retraite doivent s’attendre à des prestations encore plus faibles.

Renseignez-vous à temps afin de connaître la situation financière à laquelle vous serez confrontés à la retraite. Est-ce que les rentes et votre fortune vous permettent de couvrir les futures dépenses ? Si vous constatez une lacune de revenu, il peut être judicieux d’économiser en conséquence pendant qu’il est encore temps. Plus vous commencez tôt, plus vous avez des chances de mettre de côté l’argent nécessaire jusqu’à votre départ à la retraite.

Plus le rendement des économies et du capital que vous consommerez petit à petit pendant la retraite est élevé, moins vous aurez besoin de faire des économies.

 

Habitat du futur pour aînés

Lorsqu’on parle de l’hébergement des personnes âgées, on pense souvent à l’EMS. Cette image est dépassée par la réalité. En effet, les aînés sont toujours plus nombreux à vivre dans des logements ordinaires, souvent dans la maison ou l’appartement qu’ils occupaient avant la retraite. Selon une étude commandée par Pro Senectute à la Haute Ecole de St-Gall, 90% des personnes de plus de 65 ans vivent chez elles. Pour les plus de 85 ans, cette proportion est encore de 57%. Selon les chercheurs, cette situation ne devrait guère varier dans les quinze années à venir.

Le fait que les personnes âgées occupent plus longtemps un logement indépendant est, en soi, réjouissant souligne Pro Senectute  mais cette évolution entraîne un transfert des charges des institutions d’hébergement vers les services d’aide à domicile.

Depuis les années 1980, la qualité du logement a gagné en importance par rapport aux soins, avec la reconnaissance de valeurs telles que l’individualité, l’autonomie et le libre choix des personnes âgées. Aujourd’hui leur prise en charge a franchi une étape supplémentaire avec le respect de la sphère privée, la volonté de conserver les standards de vie antérieurs, la vie en communauté et au sein de l’espace public. Fini l’EMS perdu dans la campagne, certes dans un cadre splendide mais loin de tout.

 

Les retraités actifs ont la force de l’expérience

La Suisse compte environ 17,8% de sa population au-delà de 65 ans, proportion qui augmentera suite à la longévité croissante.

La sécurité des pensions devient un sérieux problème : l’espérance de vie a augmenté de 8 ans depuis que l’AVS a été instaurée. Si on refuse de réduire la pension, il faut soit accroitre les cotisations, soit reculer son début au-delà de 65 ans. Pour le deuxième pilier, le taux de conversion disponible se réduit en fonction de l’allongement de la vie. Les propositions actuelles du Conseil fédéral ne sont guère encourageantes. Pourquoi? Parce qu’il n’y a pas de lobby parlementaire pour défendre les retraités. Les retraités sont très peu présents au parlement fédéral, à peine 4%. Leurs revendications s’articulent autour de la garantie du montant de la pension et de l’âge de la retraite. Mais en plus, il faut s’occuper de la formation continue, instaurer une formation de rattrapage, protéger les travailleurs âgés contre le licenciement, encourager le maintien à domicile, se préoccuper de la qualité des EMS, ne pas augmenter la charge de l’assurance-maladie.

Personne ne devient subitement inutile ou incapable à l’âge de 65 ans. Bien au contraire, il en est beaucoup dans cette classe d’âge qui atteignent le faîte de l’expérience accumulée, la plus grande force potentielle. S’ils désirent ralentir le rythme de leur activité, ils ne souhaitent pas qu’elle soit réduite à zéro, parce qu’ils aiment leur travail et qu’ils veulent rester utiles.

 

La retraite: de grands changements

Le départ à la retraite apporte de nombreux changements: le revenu issu des prestations en rente et en capital est en moyenne inférieur au revenu précédemment issu du travail. Une partie de la baisse de revenus est compensée par la réduction de la charge fiscale et la fin des versements à la prévoyance privée. Les revenus n'en restent pas moins diminués. Une planification adroite et anticipée permet de combler la perte de revenus résiduelle.

A 50 ans

Le moment idéal pour se faire une vue d'ensemble et poser des jalons:

  • Rassembler les documents en vue d'une évaluation complète de la situation financière. Ceux-ci comprennent les déclarations d'impôt, le certificat de caisse de pensions, les polices d'assurance-vie, les décomptes AVS et les extraits actuels de tous les comptes.
  • Contrôler la situation budgétaire actuelle.
  • Identifier les éventuelles pertes de revenu à partir de la retraite et définir une stratégie pour les combler (p. ex. versement dans le pilier 3a via une solution de compte ou une assurance-vie, rachat à la caisse de pensions).

A 55 ans

Vérifier régulièrement la stratégie choisie et la remettre en question:

  • Mes objectifs de retraite sont-ils encore valables?
  • Ma situation financière a-t-elle changé?

A 60 ans

Le moment est venu d'envisager concrètement le départ à la retraite:

  • Fixer le moment de sortie de la vie active.
  • Décider comment les pertes de revenu vont être compensées: Consommer son épargne? Se faire verser son pilier 3a? Retirer l'avoir de la caisse de pensions en tant que rente ou capital?

7 ou 8 mois avant le départ à la retraite, effectuer les premières démarches de départ à la retraite.

Quel sera le montant de ma rente AVS au moment de partir à la retraite?

Le calcul de votre future rente vous informe sur le montant de la rente de vieillesse du 1er pilier escomptée au moment du départ à la retraite et vous aide à planifier votre avenir financier. Vous l'obtiendrez auprès de l'agence AVS de votre domicile ou à votre caisse de compensation attitrée.

 

Changement d'adresse - RAPPEL

Changement d’adresse

Comme mentionné dans le bulletin No 25 de décembre 2011

tout changement d’adresse est à transmettre aux deux endroits suivants :

CPEV, Administration générale, Rue Caroline 9, Case postale 288, 1001 Lausanne
UREV, par son caissier (page 2 du bulletin) ou son site Internet www.urev.ch

 

Le billet du président du mois de décembre 2016

Deux choses avant le 31 décembre

La première…

Il est pour moi l’heure de vous parler encore, brièvement, de ce qui a fait souffrir les membres de votre comité durant 27 mois: la perte du contrôle de la promotion de l’UREV. Grâce à nos efforts permanents, à ceux de la FSF, au soutien appuyé que nous ont accordé M. Pierre-Yves Maillard, Président du Conseil d’État, Chef du ... lire la suite

 

Vaud et région

© Flux rss 24Heures.ch

Newsletter

Je désire m’abonner à la newsletter de l’UREV et ne plus recevoir la version papier du bulletin d’information.

Activités

Prochaine course: 14.06.2017

Sochaux / F

La prochaine assemblée générale aura lieu le 15 mars 2017.

TOUTES NOS RUBRIQUES:
by designis site internet réalisé par Designis propulsé avec Hekl@